Les nouveaux moyens d’investir dans l’immobilier en 2018

Investir dans l’immobilier reste l’investissement préféré des Français et cela malgré la variété des placements qu’il existe. Il est perçu comme sûr et rentable. Mais, pour attirer toujours plus d’investisseurs, les placements immobiliers se sont diversifiés. Voici tous les nouveaux moyens qui existent pour faire fructifier votre argent !

Investir dans l’immobilier avec la SCPI

Les nouveaux moyens d’investir dans l’immobilier en 2018

Le principe de la SCPI est de faire appel à des investisseurs privés pour réaliser des investissements immobiliers en acquérant et gérant un patrimoine immobilier locatif comme le propose Corum. Cela concerne essentiellement des locaux utilisés à usage professionnel comme des bureaux, des entrepôts, des commerces, des maisons médicalisées…

Les revenus de la location sont répartis entre tous les associés. Un mode de fonctionnement qui convient aux investisseurs puisque le nombre de ceux qui ont choisi d'investir dans l’immobilier par ce biais est en constante progression.

Outre le rendement, l’atout principal de la SCPI est de ne pas avoir les contraintes de la gestion locative car le gestionnaire du parc s’occupe de tout : les travaux, la gestion courante, trouver des locataires…

De plus, le ticket d’entrée est moindre par rapport à aux investissements immobiliers directs ce qui rend ce placement accessible à tous les profils d’investisseurs. Selon la SCPI quelques centaines d’euros peuvent suffire pour investir dans l’immobilier. Et malgré ce placement raisonnable, ce type de société offre une bonne rentabilité moyenne de 4,8 % bruts de fiscalité. Il y a même dorénavant la possibilité d’investir dans des SCPI à l’étranger où la rentabilité est encore meilleure comme en Allemagne. Et, les risques sont limités car vous ne dépendez pas d’un seul locataire mais de multiples biens ce qui permet une mutualisation du risque locatif.

La société civile en placement immobilier s’avère ainsi être un des investissements immobiliers les plus sûrs, rentables et sans contrainte, de quoi séduire de nombreux investisseurs.

Le crowdfunding immobilier

Ces dernières années, le financement participatif s’est largement développé et permet dorénavant d’investir dans l’immobilier. Son fonctionnement qui vous est rappelé sur Immoz consiste à mettre en relation des porteurs de projets immobiliers et des investisseurs particuliers désireux de se constituer un patrimoine par l’intermédiaire d’une plate-forme.

Les promoteurs ont besoin de trouver des fonds pour financer un programme auquel les investisseurs prennent part. Si quelques centaines d’euros suffisent pour investir dans l’immobilier avec le crowdfunding et que les rendements escomptés sont intéressants, les opérations ne sont rentables que si elles sont financées jusqu’au bout. De plus, ce placement n’est pas sans risques. En effet, des défauts de construction peuvent vous faire perdre votre mise comme cela est le cas avec la procédure judiciaire contre le promoteur Terlat dont deux programmes ont été financés par des plates-formes de crowdfunding. La plus grande vigilance est donc de mise dans ce type d’investissement et une diversification des placements est grandement recommandée.

L’assurance-vie et ses unités de compte immobilières

Investir dans l’immobilier peut se faire également en souscrivant une assurance-vie dont le fonctionnement vous est rappelé ici. Celle-ci vous permet de placer de l’argent chaque mois sur un fonds en euros et sur des unités de compte qui peuvent être immobilières. Tous les établissements immobiliers n’ont pas d’UC immobilières et dans certains cas, la part de l’immobilier est limitée à 50 %. Il faut donc vous renseigner avant de souscrire.

Avec ce type de placement, il n’y a pas de garantie quant au capital. Les rendements sont plus attractifs qu’avec les fonds en euros dont la rentabilité moyenne est de 1,5 % mais aussi plus incertains. Un risque à prendre en compte lorsque l’on place ses économies.