Quels sont les arrondissements de paris où les prix augmentent le plus ?

Bien que l’on sache déjà que c’est à Paris que les prix de l’immobilier battent tous les records, dépassant largement les 9000 euros le m2, on remarque aussi une augmentation importante du nombre d’acheteurs.

Il s’avère ainsi pertinent de connaitre dans quels arrondissements de Paris les prix augmentent le plus et ce, afin que les acquéreurs potentiels ne soient pas dépourvus et sachent où ils mettent les pieds.

Si leur arrondissement de prédilection se trouve dans les zones à forte hausse, il leur faudra certainement se préparer sur le plan financier.

Une hausse généralisée à Paris

En se référant aux dernières informations du baromètre LPI- Se Loger, la hausse des prix immobiliers à Paris s’est généralisée sur tous ses arrondissements. En effet, douze d’entre eux affichent désormais des prix moyens atteignant plus de 9000 euros par m2 dans l’appartement ancien.

Ce chiffre figure en tête des records dans la mesure où la hausse des prix de l’immobilier parisien a connu une croissance de 5,5%. Au mois d’avril 2O17, les vendeurs proposaient encore le m2 à environ 8500 euros.

Bien que l’on s’attende à une accalmie dans les mois qui viennent, il est certain que ces prix iront encore à la hausse, d’où l’intérêt d’identifier les arrondissements de Paris où les prix augmentent le plus surtout avec les acheteurs qui sont encore nombreux à vouloir tenter l’aventure.

Dix arrondissements sur vingt se font remarquer

La difficulté de sélectionner les arrondissements les plus chers de Paris se trouve dans le fait que les vingt sont concernés, sans aucune exception. 10 arrondissements ont toutefois connu l’augmentation des prix immobiliers la plus forte avec un taux de progression de 8%, parmi lesquels ont peut encore sélectionner 3 qui battent le record de la hausse.

Il s’agit en premier lieu du XVIIIe arrondissement notamment du côté rue des Abbesses et du boulevard Ornano et du VIe arrondissement, pour les biens immobiliers proposés notamment rue Assas, le long du boulevard Raspail, mais aussi le IVe arrondissement du côté de la rue des Archives et la Place des Vosges.

Ainsi, les appartements anciens du XVIIIe se proposent à 8296 euros, ce qui représente une hausse de 11%, ceux du VIe se concluent à 13 247 euros soit une progression de 12,8% et les même biens dans le IVe se vendent à 11 079 euros soit une augmentation de 14,4%.

Pour l’heure, les prix les plus chers se trouvent donc dans le VIe arrondissement, car les appartements s’y vendent à 13 247 euros le m2, suivi du VIIe arrondissement avec 12 054 euros le m2 quoique la hausse s’y chiffre à 3,4%.

Vous avez ensuite le Ve arrondissement avec 10 607 euros pour 7,4% de hausse et enfin le IIIe arrondissement à 19 534 euros, un prix qui a évolué à hauteur de 4,7%.

Les choix les moins chers

Pour une fourchette de prix ne dépassant pas les 10 000 euros, les acheteurs doivent se tourner vers le XIIe et le XXe arrondissement qui paraissent pour l’instant les moins chers à raison de 8307 euros le m2 pour le premier et 7184 euros pour le second. Le XIXe est encore plus accessible avec 7 075 euros le m2.

Entre 9 029 euros et 9608 euros, vous pouvez opter pour les appartements anciens du XIVe, du IXe, du Ier et du IIe arrondissement.

Pour un achat immobilier sécurisé autant pour vous que pour le vendeur, n’oubliez pas que vous aurez à tenir compte d’un autre paramètre à part le prix, à savoir, l’accomplissement du diagnostic immobilier du bien surtout qu’à Paris, vous investissez au prix fort.

L’ensemble des diagnostics immobiliers comprend le DPE (Diagnostic de performance énergétique), l’exposition au plomb, l’amiante, les installations de l’électricité et du gaz, l’exposition aux risques naturels et miniers.

Ils sont à fournir selon la loi, mais n’hésitez pas à vérifier les textes et à demander au vendeur s’il ne les donne pas. L’oubli est parfois involontaire, mais cela arrive qu’il soit volontairement fait afin de masquer un défaut du bien.